search

Accueil > VALORISER > Histoire des sciences, mathématiques et société

Histoire des sciences, mathématiques et société

dimanche 21 mars 2021, par Isabelle Thibaudet

Les élèves de la classe Sciences et Patrimoine se rendent traditionnellement depuis 8 ans à Bibracte pendant la semaine des mathématiques.Covid oblige, ce voyage a été repoussé cette année au 6 et 7 mai et n’aura lieu que si le musée de Bibracte ouvre à nouveau ses portes au printemps.

Dans le cadre du projet "mécénat" mené tout au long de l’année au sein de la classe, les élèves de la classe Sciences et Patrimoine ont travaillé depuis un mois autour de deux mathématiciens/physiciens qui ont eu un apport important dans les sociétés de leur époque mais dont les travaux impactent encore la société actuelle.

Le terme « mécénat » apparaît au Vème siècle avant Jésus-Christ dans la Rome Antique et tire son origine du nom du ministre de l’empereur Auguste, protecteur des arts et des lettres : Caius Cilnius Mæcenas.
Il prit son sens actuel pendant et surtout à la Renaissance italienne : le mécénat est le fait qu’une personne physique ou morale (souvent issu d’une famille riche ou noble : roi, prince, ministre, seigneur, duc,...) soutient par son influence ou par des moyens financiers une personne pour son projet culturel ou artistique (Peintres, Écrivains, Sculpteurs, Architectes, etc.).

Cette pratique fût la plus remarquée à la Renaissance italienne, où des mécénats se faisaient très régulièrement afin d’aider les jeunes artistes fraîchement connus ou déjà connus mais aussi développer la culture. Elle est encore utilisée à notre époque. Les mécènes soutinrent et financèrent ainsi ces hommes car ils avaient d’une part une volonté d’aider, mais aussi de donner une meilleure image d’eux-mêmes afin de dynamiser et d’assurer leur popularité.

Léonard de Vinci disposant de peu de moyen dû être aidé par différentes fortunes durant ses périples de pays en pays, en Europe. C’est donc grâce au Duc de Sforza à Milan mais aussi au roi de France François Ier qu’il put réaliser ses œuvres.

Banquiers, industriels, hommes de pouvoir, les Médicis ont été, pendant plus d’un siècle, indissociables de la destinée de Florence. Mécènes éclairés, ils ont favorisé la venue des artistes et des intellectuels ou scientifiques comme Galilée.
Cosme II de Médicis était un élève de Galilée. En 1610, celui-ci est invité à Florence avec le titre de mathématicien principal. A 46 ans, Galilée se consacre donc à la recherche dans une villa mise à sa disposition par la famille Médicis. Le savant y fait ériger une tour, du haut de laquelle il observe les étoiles grâce à une lunette astronomique, invention qu’il a lui-même mise au point l’année précédente. Il étudie les reliefs de la Lune, les satellites de Jupiter, les anneaux de Saturne, les phases de Vénus ou encore les tâches solaires. Pour remercier ses protecteurs, Galilée donne aux satellites de Jupiter qu’il a découverts le nom de Stellae Medicae, "Etoiles Médicées".

Dans le cadre de l’histoire des sciences, les élèves se sont intéressés à la vie, aux découvertes de ces deux scientifiques et l’influence du mécénat sur celles-ci.
Ils ont découvert plus particulièrement les inventions insolites du visionnaire, architecte et ingénieur Leonard de Vinci (comme l’ancêtre du scaphandre de plongée, son hélicoptère fou, son parachute pyramidal, son tank hérissé de canons, sa mitraillette, son ornithoptère, sa bicyclette, son prototype de calculatrice etc…) et sont en train de finaliser des affiches.

Cette semaine au programme : TP plurisciplinaire ( Mathématiques et physique) à la découverte du pendule de Galilée.

Galilée (1564-1642) aurait découvert les propriétés du pendule en observant le lustre de la cathédrale de Pise osciller. Il aurait ainsi remarqué que les balancements du lustre conservaient la même durée, bien que leur oscillation diminuât. Galilée devina déjà des possibilités de son application à la mesure du temps.

Les élèves avec l’aide de Mme Thibaudet professeure de physique-chimie et de Mr Rolland, professeur de mathématiques ont cherché de quels paramètres dépend la période d’un pendule simple.