search

Accueil > Les Actions > FORUM Science et Fiction > Edition 2015 - FSF2015 - Drones et Robotique > Ecoliers Chalonnais de Romain Rolland - Découverte de la robotique et défis (...)

Ecoliers Chalonnais de Romain Rolland - Découverte de la robotique et défis scientifiques

lundi 22 juin 2015, par Jean-Luc Pernette

Le 2nd Forum Science et Fiction s’est tenu le 28 mai 2015 à Chalon-Sur-Saône. La thématique était : "Drones et robotique". Les collégiens et les lycéens ont été reçus à l’IUT de Chalon où ils ont participé à diverses activités (les actes seront prochainement publiés sur le site, un article est disponible ici). Les élèves plus jeunes de l’école primaire ont été également associés à cette manifestation.

Pour des problèmes d’organisation, il n’a pas pu être envisagé de faire déplacer les écoliers, mais qu’à cela ne tienne, les activités se sont déroulées directement dans l’école. C’est grâce à Yannick Mougeot du service éducatif de la ville de Chalon, l’ inspection académique de Chalon 1 et à Pascal Besson directeur de l’école Romain Roland que les élèves de CM1 et CM2 ont connu un après-midi scientifique, dont Pascal Besson nous fait la présentation dans la suite de cet article.

Les CM1 et CM2 de l’école ont accueilli des étudiants du département Mesures Physiques de l’IUT du Creusot accompagnés de leurs professeurs, des animateurs de Technovision (IUT du Creusot), ainsi que l’animateur informatique de Chalon1.

Les élèves, répartis dans 4 groupes ont pu découvrir et manipuler :

  • une programmation de robots (Animé par A. Sauter et F. Charignon - Technovision)
  • une découverte du logiciel Scratch (Animé M. Tank - CP TICE Chalon 1)
  • deux lieux dédiés à 6 pôles d’expériences de physique/chimie amusantes. (Animés par les étudiants de MP de IUT le Creusot et leur professeur F. Siutkowski plus d’infos)

Au vu de l’excitation des élèves, l’après-midi s’est révélée très positive pour eux.
Ils ont retrouvé quelques résultats vus dans l’année comme les états de la matière.
Ils ont pu essayer de comprendre les phénomènes avant que l’ explication leur soit donnée.

La difficulté à réaliser certaines expériences leur ont montré qu’elles étaient tributaires de conditions diverses qu’on pourrait qualifier d’environnementales au sens large. D’ailleurs « phusis » en grec c’est la nature ; en physique les instruments eux-mêmes sont à l’origine de défaillances ou d’artéfacts.

Dans la programmation de robots, il a été intéressant pour les élèves de se confronter à ce que l’on doit « écrire » par rapport à ce que l’on pense : « je ne descends pas d’une case quand je veux dire quart de tour à droite, j’écris sur la même ligne ».
Le transfert de la vision mentale du déplacement vu d’avion du robot en plan horizontal -le sol- vers l’écriture sur plan vertical -l’écran- est perturbante ; aussi bien dans l’orientation des changements de direction que dans leur amplitude : les élèves ont été obligés de faire la différence entre un 180° et deux 90° séparés par un déplacement ; le point d’arrivée n’est pas le même.

L’intelligence propre du robot a également été remise en cause ce qui n’est pas le moindre résultat de cette découverte pour des enfants.


Le logiciel Scratch a conduit les élèves à essayer de le redécouvrir par eux-mêmes les jours suivants. Ceci indique l’intérêt apporté par cette animation assurée par M. Tank, référent informatique de Chalon1.

Pascal Besson.