search

Accueil > ACCOMPAGNER > ACTIONS > Une fête de la science autour de l’inhibition cognitive

Une fête de la science autour de l’inhibition cognitive

mercredi 21 octobre 2020, par Frédéric LEOTHAUD

Cette année, la fête de la science organisée par le groupe d’appui sciences 71 et le centre pilote « Main à la pâte » avait pour thème « Apprendre à inhiber, inhiber pour mieux apprendre »

Pourquoi ce thème ?

« Dans les phases d’apprentissage, il arrive que nous soyons piégés par des automatismes de pensée qui nous viennent des acquis antérieurs. Dans le cadre scolaire, il faut parfois inhiber ces automatismes pour avoir la bonne réponse. Inhiber signifie être attentif à ce que nous faisons, ne pas nous laisser pièger par nos heuristiques et comprendre comment notre cerveau fonctionne. C’est une leçon utile à l’école et dans la vie de tous les jours des enfants », explique Myriam Pichon-Dufourt, inspectrice de l’éducation nationale chargée de la mission Sciences .

Un travail du groupe d’appui sciences 71.

Malgré le contexte difficile des derniers mois, les membres du groupe sciences, aidés du groupe d’appui numérique, ont proposé des ressources pédagogiques et didactiques pour inviter les classes du département à explorer les secrets de l’inhibition cognitive.

Plus de 200 classes en action.

255 classes de Saône-et-Loire ont participé à cette édition de la fête de la science.
Depuis le début du mois, les enseignants et leurs élèves ont pris part aux activités proposées qui comprenaient un temps de retour réflexif afin d’expliquer ce qu’il fallait faire pour réussir, quelles étaient les difficultés et en quoi l’inhibition pouvait être utile dans les situations scolaires.
Ce temps a donné lieu à des productions sous forme écrites, audio ou vidéo..

12 octobre : le moment fort de cette fête de la science

Ce 12 octobre 2020 marquait la conclusion de ce projet .
Onze « maîtres du jeu »,conseillers pédagogiques de circonscription ou enseignants référents du numérique, étaient réunis sur le site universitaire de Mâcon et sur d’autres lieux du département.
Ils ont validé les témoignages déposés par les classes sur l’espace collaboratif « Tribu » et ont échangé avec elles.

Retrouvez en documents joints quelques exemples des contributions des classes :