search

Accueil > Les Classes > Classes à caractère scientifique > 71 - Classe science et patrimoine - Lycée Bonaparte - Autun - (...) > Maternité ou l’art d’être mère

Maternité ou l’art d’être mère

mercredi 10 janvier 2018, par Isabelle Thibaudet

Le 19 décembre, la classe Science et Patrimoine a effectué une sortie au musée Rolin.
Ce musée nous a ouvert ses portes afin que nous visitions une exposition temporaire dont le thème est : MATERNITÉS ou l’art d’être mère.
Habituellement les musées exposent 10% de leurs œuvres tandis que le Musée Rolin lui en expose 30%.Nous avons donc observé des œuvres rares qui n’ont pas été exposées depuis 30ans.

*Dans un premier temps, nous avons eu une visite guidée de l’exposition. Par Irène Verpiot guide conférencière, chargée des actions éducatives/médiation, au service du patrimoine de la ville d’AutunJPEG
Dans la salle 1 dont le thème était Des déesses-mères à la Nativité : mères originelles, nourricières et symboliques , nous avons observé une série de statuettes. L’une d’entre elle était Isis, déesse de l’enfant et de la maternité. Elle allaitait Horus. Au XVIII et XIX è siècle les déesses maternelles sont représentées de manière très sensuelle. Une statue représentait la Vierge Marie avec Jésus dans ses bras. Après, nous avons vu un grand nombre d’œuvres.

Dans la salle 2 : le thème était La mère et son enfant, de la tendresse à l’éducation.
Après l’accouchement et l’allaitement présentés dans la première salle, la deuxième salle montre les liens profonds entre une mère et son enfant au cours par exemple des jeux. Ce lien étroit est surtout montré dans les œuvres religieuses. La mère, protectrice et aimant accompagne les premiers pas de son enfant, veille sur un petit malade ou fait répéter une leçon. Une mère est celle qui donne la vie , mais aussi celle qui allaite, qui joue, qui protège son enfant .JPEG

*Dans la deuxième partie, nous avons vu plusieurs œuvres du musée Rolin représentant une mère et son enfant. Mr Lombard, professeur d’arts plastiques au collège de la Chataigneraie, nous a commenté ses œuvres.JPEG

 Au cours de notre sortie au Musé Rolin en septembre, un tableau nous a été présenté, La vierge et le cardinal de Jean Hey, peint au Moyen-Âge.JPEG
Le tableau peut être découpé en 4 plans distincts :

*Au premier plan, on peut voir deux anges priant le nouveau-né, Jésus.
*Au deuxième plan, on peut voir Marie et Joseph avec un cardinal qui prie l’enfant Jésus.
On peut reconnaître, à côté du cardinal, le blason du cardinal Rolin et à ses pieds un animal.
*Au troisième plan, on peut voir un bœuf et deux bergers qui regardent l’enfant.
*Le quatrième est constitué du paysage de la campagne.
Dans l’ensemble, on remarque que tous les corps sont tournés vers le nouveau-né et le prient. On peut aussi remarquer que les habits portés par les personnages ne sont pas typiques de l’époque de la naissance de Jésus mais de celle où le tableau a été peint.

Dans l’analyse du tableau, on peut constater que :
- Marie porte des habits de couleur bleue ce qui représente sa sagesse mais aussi son rapprochement de Dieu puisque le bleu est la couleur du ciel. Cette couleur fait contraste avec sa peau blanche signe de pureté.
- Joseph porte des vêtements de couleurs : rose, bleu et vert : le vert représente la chance, le hasard.
- Nous avons pu remarquer un personnage étranger à la scène, à droite, accompagné d’un petit chien (symbole de la fidélité). Cet homme est le Cardinal Rolin, le commanditaire du tableau, qui regarde dans le lointain pour montrer qu’il appartient à la dimension spirituelle.
- L’étable est peinte avec des couleurs chaudes, ici marron, rouge qui contrastent avec le paysage qui est peint avec des couleurs froides : vert, bleu...
Deux statues nous ont été commentées :

La sculpture date de 1440 et a pour nom "Vierge BULLIOT". Réalisée en calcaire, elle a été peinte avec beaucoup de précisions.PNG

La sculpture en elle -même représente une mère regardant avec amour et tendresse son nourrisson emmailloté. Elle est polychromée et dorée.
Habillée d’un majestueux manteau en drap d’or, d’une fourrure d’hermine, d’un voile, d’une robe en brocard à motifs fleuris ainsi que d’oiseau, et d’une couronne d’orfèvrerie lors des jours de fête, cette vierge à l’enfant représentait toute la beauté de l’amour entre une mère et son nouveau né.

JPEG
Vierge à l’enfant-Cathédrale Saint Lazare.
La Vierge à l’Enfant, présentée ici, a été finement sculptée dans de l’albâtre au milieu du XVe siècle et ornait l’autel de la chapelle Marie-Madeleine, établie dans la partie gauchede la cathédrale Saint-Lazare d’Autun.
C’est l’évêque et cardinal Jean Rolin (1408-1483), fils du chancelier bourguignon Nicolas Rolin (1376-1462), qui serait le commanditaire de ce chef-d’œuvre de la sculpture médiévale bourguignonne, vers 1449 .
La deuxième sculpture est polie, blanche et n’est ornée que de très peu de couleur comme l’or par exemple. Bien qu’il soit possible qu’elle ait été polychromée partiellement (plusieurs couleurs) à certains endroits.
Elle tient son enfant sur la main gauche avec facilité, ce qui défit les lois de la gravité. Le bambin semble lui même être un adulte avec un corps d’enfant. Le tout n’est pas vraiment réaliste.
En revanche le tablier qui tombe en cascade sur la femme donne une impression de royauté.
Contrairement à la vierge BULLIOT, elle regarde droit devant elle celui qui prie à ses pieds.

Une démonstration du mode d’emmaillotement des bébés au moyen âge, présentée par Irène Verpiot, a mis un terme à cette sortie .JPEG

Isabelle Thibaudet et Nathan Boyer, élève de seconde 3

Galerie